Blogue

Vous avez perdu un proche ? Vous voulez trouver des réponses sur tout ce qui entoure le processus du deuil et les services funéraires ? Prenez quelques minutes pour consulter nos articles de blogue. C’est notre façon de partager avec vous notre expertise dans ce domaine distinctif encore trop souvent méconnu.

Prestations gouvernementales existantes liées au décès d’un proche : comment mieux s’y retrouver ?

Vivre un deuil est difficile et comporte de nombreuses étapes à franchir avant de trouver une certaine forme d’apaisement. Chacun a son propre rythme et lorsque le volet administratif d’un décès repose sur les épaules d’une personne, ça peut rapidement devenir encore plus intense. On veut bien faire les choses pour honorer la personne décédée sans toutefois passer à côté de certains montants auxquels nous avons droit pour y arriver. Il est donc important de connaître certaines informations entourant les prestations gouvernementales et autres pour simplifier les choses le moment venu de faire des demandes en ce sens.

Quand se départir des objets d’un être cher

L’être cher vous a quitté et a laissé derrière lui beaucoup d’objets lui ayant appartenu. Dans chaque coin de la maison, son absence est amplifiée par la présence de ces objets, que ce soit une paire de souliers dans l’entrée ou sa brosse à dents dans la salle de bain. Certains objets ont un sens ou se rapportent à un souvenir, ce qui les rend encore plus précieux. Dans les premiers temps du deuil, nous sommes submergés d’émotions intenses qui peuvent altérer notre jugement. Un jour, nous devons tous nous résigner et distribuer les biens de la personne décédée. Certains décident de se départir rapidement en espérant passer à autre chose, et d’autres s’accrochent à ces objets, d’une certaine façon, pour nier la disparition. Nous nous devons quand même de prendre cette décision qui aura un impact déterminant sur notre processus de deuil.

S’absenter du travail après le décès d’un proche

Vivre un deuil en milieu de travail n’est pas toujours facile. Alors que certaines personnes se remettent d’un deuil en moins d’un mois, pour d’autres, le processus peut être beaucoup plus long. La perte d’un être cher est une étape difficile, elle provoque une grande douleur et un état de tristesse profond que seule une phase de deuil complète permettra de calmer et d’apaiser. Votre employeur peut être compréhensif et vous donnez une longue période d’absence avant votre retour, mais d’autres peuvent exiger un retour rapide au travail afin de faire face à ses obligations. Heureusement, la loi impose à votre employeur certaines obligations afin d’assurer un minimum de repos pour la personne en deuil.

Vos médias sociaux après votre décès

Avez-vous déjà réfléchi de ce qui adviendra de vos médias sociaux après votre décès? On pense d’abord à nos finances, nos biens ou notre domicile, mais il est également important de prendre le temps de réfléchir à ce que deviendront nos comptes sur les médias sociaux comme Facebook, Instagram et Twitter après notre décès. Faisant maintenant partie intégrante de notre vie, ils auront un impact direct sur le deuil de vos proches.

Aider un proche à surmonter un deuil

Il n’a pas de phrases parfaites pour apaiser une personne en deuil. Dans les moments joyeux, comme dans les moments tristes, lorsque nous aimons une personne, nous désirons être là pour elle. Que vous soyez un ami, parent, conjoint ou un collègue de travail, nous avons tous le désir d’aider et de soutenir l’endeuillé au meilleur de nos capacités. Durant toutes les étapes du processus de deuil, du choc du décès au rétablissement, en passant par le refus, la colère et l’état dépressif intermédiaire, les personnes endeuillées ont besoin d’écoute et de soutien. Par contre, même lorsqu’on ne veut que bien faire, certaines paroles ou certains gestes sont à éviter. Voici trois conseils pour aider un proche à surmonter un deuil.

Comment expliquer le deuil à un enfant

Papi n’est plus… Comment lui annoncer son décès : devons-nous dire à notre enfant qu’il est parti au ciel ou en voyage ? Notre enfant devrait-il nous accompagner au salon funéraire ? Voici quelques conseils utiles. Autrefois, les gens décédés étaient exposés à la maison, de sorte que les enfants avaient davantage de contacts avec la mort, d’autant qu’il n’était pas rare de perdre un petit frère ou une petite sœur en bas âge. De nos jours, paradoxalement, ils côtoient la mort de façon virtuelle, dans les jeux vidéo et les films d’action. Les enfants ont donc une relation paradoxale avec la mort, qu’il nous faudra démystifier avec eux.